L'intertexte, "invention faustienne"

 



(La Société des Hommes Célestes, p. 96-98) 




 
 
Novembre
Fête de la Toussaint ? Fête des Morts ! Halloween pour Margaret, là-bas, à New York. Je demandai une autorisation pour passer cette journée hors de l’hôpital, mais on me la refusa. «Vous êtes encore très faible. Vous avez récupéré à peine cinq kilos depuis votre arrivée», me répondit Wagner. J’acceptai alors de manger un peu de chacun des plats qu’on me servit au déjeuner, mais je rejetai les lasagnes, probablement assaisonnées avec de l’hydrogène 6. Rien de plus facile que d’introduire des substances empoisonnées sous la couche de pâte, dans l’épaisseur de la viande hachée. L’Interne, mis au courant de mes appréhensions culinaires, vint me voir accompagné de la diététicienne.
–Qui vient à nouveau me tourmenter ?128– demandai-je, en entendant frapper à la porte.
–Pardonnez-moi– s’excusa Wagner. –Je ne suis qu’un Interne qui n’a rien trouvé de mieux que cet innocent subterfuge pour s’entretenir avec l’auteur de Faust.129 Madame Hexe m’accompagne pour savoir ce que vous n’aimez pas dans notre cuisine ou, plutôt, ce que vous aimeriez qu’elle vous prépare dans son laboratoire gastronomique…
–Une bière forte, du tabac noir et une fille à poil, voilà ce qui me plaît !130
–Hélas ! Quand on vit ainsi confiné dans une chambre, et qu’un jour de fête on peut à peine jeter un coup d’œil sur le monde, comme à travers une longue vue, comment faire pour le persuader ?131– riposta l’Interne, en échangeant un regard de fausse compassion avec la diététicienne. Celle-ci, d’une voix maniérée, ajouta :
–Mon subtil cuisinier mettra votre palais et votre nez en extase avec ses chefs-d’œuvre. A votre gourmandise, j’offrirai quelque chose d’autre encore à déguster.132
–Vous pourriez, croyez-moi, économiser vos paroles– l’arrêtai-je. –Ici, la cuisine sent la cuisine de sorcière…133
–N’y voyez aucune allusion à vous, Madame Hexe– dit Wagner, inquiet. –Lui-même est à demi conscient de sa folie.134 Figurez-vous qu’il prend l’Hôtel-Dieu pour un laboratoire et il prétend remplacer le roman par l’intertexte, son invention faustienne. Sachant que personne, sauf le Diable, ne pourrait l’aider à réaliser son œuvre et ses objectifs, nous  voulons injecter encore plus d’audace et d’insolence à ses pensées et à son appétit de connaissance. 135 Alors, pour illuminer son esprit, expliquez-lui comment sont préparés les repas des romanciers hospitalisés chez nous. Cela lui permettra d’améliorer sa cuisine littéraire. Je crains que son ‘intertexte’ ne soit le plus indigeste des plats !
Rassurée, la diététicienne se lança dans un long et ennuyeux inventaire des précautions d’hygiène prises par les cuisiniers de l’hôpital. Quand elle eut terminé, Wagner, fier de lui, me demanda :
–Qu’en pensez-vous, Docteur Faust ?
–Il me semble que cette vieille délire–136 répondis-je, en crachant par terre. L’Interne nota quelques mots sur son carnet et, en me regardant avec une sévérité étudiée, il me menaça :
–Il faudra que j’avertisse le Docteur M. Votre insolence frôle l’insupportable.

More in this category: « Fragment n°4 Fragment n°6 »

ARTICLES/ARTICULOS