"...et les ombres de la terrible Nuit envahissent ma pensée glacée..."
Pessoa

La Société des Hommes Célestes

Couverture : Braun-Vega, A Quiet Sunday in Central Park (Vermeer, Picasso), 1999. Couverture : Braun-Vega, A Quiet Sunday in Central Park (Vermeer, Picasso), 1999.

 Tout comme le Portrait d'un Psychiatre Incinéré, La Société des Hommes Célestes (Un Faust Latino-américain) est écrite en deux versions, l'une en castillan et l'autre en français, car «c'est en France que le roman en tant que genre littéraire a été remis en question d'abord par Breton et les surréalistes, ensuite par Butor et les « nouveaux romanciers » et finalement par les écrivains du groupe Tel Quel». Le texte contient de nombreux éléments d'autofiction et décrit l'éducation depuis le «Kindergarten» jusqu'aux écoles ésotériques et idéologiques les plus sophistiquées, en passant par l'éducation religieuse, les humanités, l'école militaire, la faculté de médecine (l'école du corps), la psychanalyse (l'école de la psyché), la faculté de philosophie (l'école de l'esprit) et l'apprentissage de l'amour et de la sexualité sous la responsabilité d'une magistrale « érothérapeute », Maggie, la Marguerite de ce Faust intertextuel tissé avec une dizaine de Faust classiques. L'intertexte offre, comme une trouvaille issue du laboratoire faustien séculaire, sa propre théorie de l'intertextualité.

 

Error: No articles to display

ARTICLES/ARTICULOS